Se lancer dans l’entreprenariat : est-ce le bon moment ?

Se lancer dans l’entreprenariat : est-ce le bon moment ?

Se lancer dans l’entreprenariat fait souvent peur. Pourtant, après la période chaotique que nous venons de vivre, certains se posent la question. Bien sûr, les indépendants ont souvent été très touchés, et certains ne s’en relèveront pas. Mais certains salariés se sont retrouvés sans emploi ou se retrouveront sans emploi dans les prochains mois. La gestion de l’économie est une affaire de longue haleine et les résultats se verront dans deux ou trois ans.

Alors la question se pose peut-être pour vous, vous qui avez une passion et qui aimeriez en vivre. Vous avez l’envie, peut-être même la motivation, vous avez un savoir-faire, une touche personnelle et beaucoup d’autres choses pour faire rêver vos futurs clients. Aussi, quand vous lancerez-vous dans l’entreprenariat ? Répondez à notre quiz pour savoir où vous en êtes.

Se lancer dans l'entreprenariat
Trouver un nouveau rythme

Trouver un nouveau rythme

Trouver un nouveau rythme

Aujourd’hui je sors de ma ligne éditoriale pour vous parler de ma problématique personnelle : une nouvelle organisation post-confinement et pré-déconfinement total. Ou comment travailler et continuer l’école à la maison quand on est indépendant.

Le rythme du confinement

Mi-mars, nous avons dû nous arrêter de travailler ou trouver de nouveaux moyens de vendre nos services ou nos produits. La période était particulière et le temps passant, les gens ont eu besoin de commander, de consommer tout en restant confinés. La consommation était différente et les acheteurs comme les vendeurs ont modifié leurs habitudes. Mais nous étions tous enfermés et soumis aux mêmes interdictions et obligations. Pour une grande majorité d’entre nous, nous devions gérer notre travail et faire encore plus d’effort pour maintenir un minimum d’activité ou, du moins faire du réseautage et gérer les enfants et l’école à distance.

Mi-mai, le déconfinement commence mais les écoles restent fermées, en tout cas dans de nombreuses villes en zone rouge. Les salariés ont encore le droit au télétravail, leur charge de travail augmente parfois et les indépendants doivent de nouveau produire, mais différemment tout en gérant les enfants et l’école. Il faut trouver une nouvelle organisation.

Le rythme du déconfinement

Pour la majorité des écoles de zone orange, les écoles ne sont pas ouvertes à tous les enfants. Les protocoles les ont obligés à mettre en place des priorités sur la base de la profession des parents et des difficultés des enfants eux-mêmes. Les autres gardent donc leurs enfants à la maison et continuent de gérer les devoirs et les leçons.

La situation va durer tout l’été. Au moins jusqu’en septembre. Les aides ne vont pas continuer jusque-là. Les indépendants qui ont pour clientèle les particuliers vont reprendre leur activité plus ou moins rapidement. Ceux qui travaillent avec des entreprises vont avoir plus de difficultés en fonction des services et produits qu’ils produisent. C’est dans l’ordre des choses. Les entreprises ont subi des pertes, et les chefs d’entreprises vont faire des choix pour les redresser. Où vont aller leurs priorités ? Peut-être pas dans vos produits ou services, dans l’immédiat.

Et nous devons repenser nos offres et nos méthodes de vente tout en continuant à gérer les enfants, les leçons et les devoirs. La cadence sera encore plus fastidieuse jusqu’à ce que l’école s’arrête. Et la fatigue s’est installée avec ces différents rythmes.

Le post-déconfinement

En septembre, tout devrait rentrer dans l’ordre. Mais quelque chose aura changé. Une nouvelle façon de travailler, des valeurs retrouvées, des priorités rétablies et certainement une meilleure qualité de vie. Le rythme sera certainement plus élevé mais il sera plus supportable quand nous aurons réussi à changer nos habitudes une bonne fois pour toutes. Alors gardons espoir et ne baissons pas les bras.

Je vous souhaite bon courage et plein de bonnes choses !

Fréquence de publication sur un blog en 2020

Fréquence de publication sur un blog en 2020

La fréquence de publication sur un blog revient assez souvent. Sur internet, on lit qu’il faut publier 2 ou 3 fois par semaine, voire tous les jours et dans l’idéal plusieurs fois par jour. Encore faut-il tenir le rythme ! Nous vous proposons donc de faire un tour des classiques et des tendances de cette année.

Fréquence de publication en fonction de votre thème

Certains thèmes se prêtent à une fréquence plus soutenue que d’autres. Par exemple, un blog d’actualités publiera plus fréquemment qu’un blog de profession libérale.

Ainsi, il vous faut étudier votre cible et définir à quel rythme elle veut vous lire. Pour ce faire, faites des tests : par exemple, proposer plusieurs périodicités lors de l’abonnement à votre newsletter. Vous verrez si vos lecteurs veulent de vos nouvelles chaque jour, chaque semaine, chaque mois,…

Durée de vie du contenu

La fréquence de publication dépend également de la durée de vie du contenu publié. Un article traitant du menu de Noël sera valable en décembre. Il devra être remplacé dès la fin décembre ou début janvier, car, un internaute qui visite votre site en février trouvera que le blog n’est pas à jour et ne reviendra peut-être pas.

Si vous proposez une périodicité de newsletter pour tester la fréquence de publication, il est évident que l’article ayant une durée de vie plus courte sera envoyée aux abonnés ayant souscrit à un rythme plus soutenu.

Fréquence de publication et SEO

Les règles du SEO sont dictées par Google sur son moteur de recherche. Google exige de la qualité. Il réclame donc du contenu « intéressant et utile ». L’usage et les différentes études ont démontré que la régularité et la fraicheur font partie de l’algorithme du moteur de recherche. Il s’agit donc de rédiger des articles apportant de l’information nouvelle et pertinente à une fréquence très régulière.

Google demande également de « fournir une quantité de contenu appropriée » pour chaque page. D’ailleurs, en 2019, les sites affichés en première position de la page des résultats comportaient plus de 2 000 mots. En 2020, il semble que les articles en première position dépassent les 3 000 mots. Cependant, sur un smartphone, il convient de privilégier les articles de moins de 1 000 mots. Appliquer toutes ces règles demande un travail phénoménal. Aussi, ce que tout le monde s’accorde à dire c’est qu’il faut être ponctuel au rendez-vous avec ses lecteurs. Privilégiez la régularité, quitte à espacer la fréquence de façon à proposer un contenu de qualité. Le calendrier éditorial permettra aidera à s’organiser un peu.

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog peut vite devenir compliqué devant le choix. Pourtant visuellement, la police de caractères oriente le design du site. Une police classique donnera un ton plus sérieux mais une police manuscrite invitera à l’intimité. Tout est affaire de cible et de lisibilité.

Attention, j’utiliserai le terme police bien que je parle parfois de fonte.

Choisir une police adaptée à la cible

Au même titre qu’on n’utilise pas le même ton pour s’adresser aux visiteurs d’un site de musique qu’aux visiteurs d’un site sur la Bourse, on n’utilise pas la même police de caractères. En général, on distingue 5 styles de polices :

Les serif ou empattements

Ce sont les polices avec des petites barres aux extrémités des caractères. Elles facilitaient la lecture en créant visuellement un trait horizontal à la base de la ligne. C’est vrai sur les supports papier, c’est moins évident sur les écrans en raison de la longueur de la ligne. Du fait de leur ancienneté, ces polices reflètent aujourd’hui la tradition.

Les sans-serif

Ce sont les polices sans les empattements. Elles sont plus modernes et plus claires. Elles s’adaptent plus facilement à la lecture sur petits écrans puisque plus épurées.

Les scriptes ou cursives

Elles sont plus arrondies et possèdent des boucles. Elles sont de ce fait moins lisibles. Elles conviennent pour les titres des sites à l’élégance féminine, par exemple.

Les manuscrites

Ces polices s’inspirent de l’écriture manuscrite. Elles évoquent la familiarité et conviennent aux titres des blogs plus personnels.

Les originales

Ce sont toutes les autres. Elles possèdent un fort caractère et génèrent une ambiance qui leur est propre. Souvent difficiles à déchiffrer, il convient de les utiliser par petite touche.

Privilégier la lisibilité

Maintenant, vous avez une idée des polices à afficher sur votre blog. Cependant, il reste encore quelques paramètres pour favoriser la lisibilité.

La taille

La taille des caractères varie légèrement d’une police à l’autre. L’Arial 12px est plus grande que la Times New Roman 12px par exemple. La Raleway est plus grande que la Calibri.

L’interligne

L’interligne ou l’espace entre 2 lignes s’adaptera en fonction de la largeur du bloc texte. Plus le bloc est large, plus l’interligne sera grand afin de favoriser la fluidité de lecture.

La longueur des lignes

Les lignes trop longues sur un écran large perdent le lecteur en cours de route. Les lignes trop courtes impriment un mouvement trop rapide aux yeux.

La justification

Sur un écran, la justification des lignes n’est pas bien gérée. Laisser les lignes en drapeau évite les espaces trop longs entre les mots et conserve l’harmonie de l’aspect visuel de la page.

Enfin, plusieurs sites proposent des polices gratuites ou payantes. De nos jours, les navigateurs affichent quasiment toutes les polices. Vous avez donc le choix en fonction des critères qui vous sont propres. Sachez aussi que les thèmes WordPress proposent souvent les polices Google Font. Elles sont nombreuses et ont l’avantage de se charger rapidement. C’est un bon point pour le référencement naturel de votre site.

Créer une ligne éditoriale

Créer une ligne éditoriale

Créer une ligne éditoriale

Créer une ligne éditoriale permet de déterminer la forme et le fonds du contenu de votre blog en tenant compte des conclusions de votre synthèse marketing. Vos textes s’adressent à la cible définie dans votre étude de marché. Vous avez peut-être même créer des clients-types à qui vous confiez vos projets.

S’adresser à ses cibles

Je le dis à chaque fois mais on n’écrit pas pour les moteurs de recherche mais pour ses cibles. Le contenu s’adresse à des humains qui ont des besoins à assouvir, des centres d’intérêt à approfondir et qui ressentent des émotions. Le but d’un article est d’y répondre. Si ce n’est fait, commencez par étudier votre cible en créant votre client-type. Rédigez-lui une fiche d’identité, dessinez-le, faites un photomontage et devenez son confident. Comment vous adressez-vous à lui ? Vouvoiement ou tutoiement ? Langage familier ou soutenu ? Humour ou sérieux ? Vous venez de définir le ton et le style de vos contenus.

La ligne éditoriale au service de l’objectif du blog

Comme toujours en marketing, il faut viser un objectif. Quels types d’informations votre blog va-t-il délivrer ? Votre blog vous sert-il à présenter vos produits ou vos services ? Informe-t-il sur votre actualité ? Doit-il démontrer votre expertise ? Sert-il un objectif de partage sur les réseaux sociaux ? Mettez vos idées sur une carte mentale et définissez votre priorité.

Les thèmes de votre blog

La ligne éditoriale sera votre fil rouge. C’est le document sur lequel vous vous appuierez lorsque vous serez en panne d’inspiration. Il recense les thèmes, les sujets que vous allez traiter dans vos articles. Cette partie de la ligne éditoriale se présente sous forme d’arborescence.

Le thème

Votre thème principal est défini par votre activité ou par le thème de votre blog ou de votre site. On ne traite pas de loisirs créatifs dans un blog de politique internationale par exemple. Vous pouvez également opter pour plusieurs thèmes. Par exemple, si vous vous occupez d’informatique, vous pouvez opter pour des thèmes comme la protection des données et les logiciels. Ces thèmes représenteront chacun une catégorie de votre blog.

Les rubriques

Chacun de ces thèmes comportera des rubriques (des sous-catégories). Dans le thème « la protection des données », vous aborderez le RGPD du 25 mai 2018 et la sécurisation des données. Dans le thème « logiciels », vous traiterez de Word, Excel et Outlook.

Les sujets d’articles

C’est à cet endroit que vous listerez les articles. La rubrique RGPD fera l’objet d’un article sur la définition des données sensibles, d’un autre sur le traitement des données. La rubrique Excel comportera un article sur les raccourcis clavier, un autre sur les graphiques, un autre sur les tableaux croisés dynamiques,… Bref, chaque rubrique comportera une liste d’articles.

Le calendrier éditorial

Enfin, pour compléter la démarche, les articles seront inscrits dans un calendrier éditorial. Ce document prévoit une fréquence de publication sur chacun de vos médias (blogs mais aussi réseaux sociaux) et une date pour chaque article. Ainsi, une fois ce travail effectué, il ne restera que la rédaction des articles. Il sera, de ce fait, plus facile de rédiger les articles avec plusieurs semaines voire mois d’avance.

Créer une ligne éditoriale est essentiel pour la cohérence d’un blog. Chaque rédacteur pourra le consulter et s’appuyer dessus pour écrire les articles d’un même blog. Quand on est seul, personnellement j’y trouve aussi un avantage. Ça me permet de prévoir et planifier les articles et de ne pas être prise au dépourvu lorsque que j’ai une surcharge de travail. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter, nous en parlerons ensemble.

Trouver des idées de contenu

Trouver des idées de contenu

Trouver des idées de contenu après quelques mois de blogging est devenu difficile. Vous avez l’impression d’avoir fait le tour de ce que vous pouvez produire. D’autant plus que cette période de confinement n’aide pas à la concentration. Cependant, elle est peut-être l’occasion de chercher des idées.

Trouver des idées sur les réseaux sociaux

Les groupes et communautés sur les réseaux sociaux sont une source inépuisable de sujets qui intéressent votre public. Votre cible communique facilement dans des communautés ou des groupes à la recherche de réponses à leurs questions ou leurs préoccupations. Une manière simple de rester à leur contact est donc de s’inscrire sur ces groupes et de les écouter.

Suivre les concurrents

Le procédé peut sembler politiquement non correct mais il ne s’agit pas de voler ou de recopier le contenu d’un autre site mais bien de repérer les tendances. L’idée est d’identifier les influenceurs de votre branche et de voir les sujets sur lesquels ils communiquent en ce moment. Une petite étude vous permettra de voir quels articles d’un site ont été le plus lus. Google vous propose de créer une alerte sur un mot-clé qui vous permettra de recevoir un mail avec les résultats de votre demande. J’attire votre attention sur les risques de contenu dupliqué. Il est sanctionné par Google et n’apporte rien à votre lectorat. Je vous le déconseille fortement.

Interroger votre cible sur le contenu qui les intéresse

Puisque vous écrivez pour votre cible, il peut être opportun de l’interroger directement sur les sujets qui l’intéressent. Plusieurs canaux s’offrent à vous. Vous avez à votre disposition les réseaux sociaux, votre site, votre newsletter… La forme peut être un sondage, un questionnaire ou même un concours avec un bonus à la clé. C’est aussi un bon moyen d’interagir avec vos lecteurs et peut-être même d’aller plus loin dans votre stratégie. Les réponses vous apporteront de nouvelles idées de produits / services, de communication, de promotions,…

Faire une carte mentale

La carte mentale est un outil que j’apprécie au quotidien. Il suffit d’une feuille de papier et d’un crayon ou d’un mur et de post-it ou d’un logiciel gratuit ou encore d’un site comme answerthepublic. Je choisis un thème large et j’affine, je décline les synonymes, je pose des questions (quoi ? comment ? pourquoi ?), je réponds à des questions, je laisse mon cerveau faire des associations,… Bref, les possibilités sont très nombreuses. Ensuite, je trie, je classe, je rassemble, je manipule toutes ces idées et j’obtiens des groupes qui seront autant d’articles. Bien entendu, j’utilise aussi la carte mentale pour écrire les articles.

Quoi qu’il en soit, l’article doit apporter des nouveautés. Ça peut être des idées nouvelles mais aussi un nouveau point de vue, un nouvel angle. Il vous faudra montrer votre originalité. N’oubliez pas pourquoi votre communauté, vos abonnés vous suivent. Étudiez bien votre cible pour connaître ses attentes et choisir vos sujets.

Ensuite, je ne doute pas que vous aurez trouvé des idées de contenu à foison. Vous pourrez les organiser, les classer, les planifier par thèmes dans un calendrier éditorial.