La cible ou le produit ? Qui est né en premier ? Généralement, une entreprise propose un produit qu’elle a créé ou qu’elle achète et revend transformé ou non. Une stratégie marketing identifiera la cible à qui s’adresse le produit final.

Créationite - La cible ou le produit ?
La cible ou le produit ?

Créer la demande

Dans la société de consommation actuelle, l’idée, et ça n’engage que moi, est que le produit est conçu selon des critères bien précis dans le but de le vendre. Il intègre une fonction basique recherchée par le plus grand nombre et des options ou accessoires pour lesquels le vendeur va créer un besoin. L’exemple le plus parlant est le smartphone. Aujourd’hui, grand nombre d’entre nous est prêt à payer plus de 1 000 euros pour un smartphone dont finalement nous n’utilisons qu’une petite partie des capacités. Les marques ont su trouver le point faible de leur cible.

Identifier le besoin

Pourtant, de plus en plus de consommateurs se tournent vers le commerce de proximité. Ils cherchent des produits qui répondent plus à leurs valeurs. Ils recyclent leurs objets, ils ne les jettent plus. Les clients ne veulent plus se laisser dicter leurs besoins. Ils s’écoutent et s’orientent vers le produit qui satisfera leurs besoins. Ils voudront de préférence traiter directement avec le créateur ou savoir que le produit est local. C’est flagrant dans l’alimentation.

Le mode de vie minimaliste

Dans un mouvement de révolte, on tend vers l’opposé de la société de consommation. Les consommateurs rejettent les dérives. Ils veulent donc manger sain, sans glutten, sans sucre ou sel ajouté, sans conservateur,… Ils ne veulent plus s’encombrer d’objets inutiles, juste quelques tenues vestimentaires, pas de télévision, pas de jouets inutiles dans la chambre des enfants. Ils veulent juste le strict minimum.

Et le créateur indépendant dans tout ça ?

Le créateur choisit en général de travailler pour le client qu’il s’est choisi. Il l’a identifié à son besoin. Souvent, il a propose un produit ou un service dont il a eu besoin lui-même. Il a trouvé sa solution et la propose. On parle d’un besoin de bien-être, de plaisir ou plus simplement primaire. Il est, donc, de bonne foi quant à la valeur ajoutée de son produit ou service. Il en parle d’ailleurs avec passion et conviction. Il ne vend pas une prestation mais une évidence. Et même s’il est maladroit, il est sincère.

Aujourd’hui, le marketing, en tout cas, celui que nous pratiquons chez Créationite ne crée pas le besoin. Il étudie le client et ses besoins et lui propose le produit correspondant. L’expression « gagnant/gagnant » prend tout son sens. Le besoin du client est strictement comblé et le créateur a proposé la solution en laquelle il croit.

Véronique

On me dit souvent que je trouve toujours les bons mots au bon moment pour remotiver les troupes. Je partage avec vous ces bons mots pour vous aider à garder la motivation dans les moments de doute.