"Créationite"
J’ai la chance d’être soutenue dans mon projet par mon mari. Ça n’est jamais suffisant, je crois mais le fait est qu’il est là et me soutient. Il a une confiance totale dans ma force et ma persévérance.

Il y a maintenant quelques années j’ai rencontré une femme super, passionnée. Elle vendait ses créations sur un marché de Noël. J’étais venue passer le week-end avec mon mari. Elle était seule. Très vite, j’ai compris que son conjoint ne s’intéressait pas à son activité.

Partager ou non sa passion

De son côté, il a aussi une passion mais qu’il ne ressent pas le besoin de partager. C’est son jardin secret à lui. Elle ne vit pas sa passion comme ça. Elle a besoin de montrer ce qu’elle fait. C’est, peut-être, un besoin de reconnaissance, peu importe.

Ce sujet la chagrine et revient régulièrement dans nos échanges. D’autant plus, qu’elle peine à faire démarrer son activité. Alors, elle doute de plus en plus du bien-fondé de ses choix. Elle voudrait que son conjoint la soutienne, qu’il accepte, en tout cas, qu’elle ait envie d’en vivre, qu’elle ait envie de partir en province et travailler dans un atelier qui lui ressemblerait et pas dans une chambre aménagée en atelier.

Vendre à tout prix

En même temps, elle s’éparpille. Elle crée pour vendre, pas par plaisir. Pendant un temps, elle était sélectionnée pour les marchés d’art. L’année dernière elle n’a pas été sélectionnée et cette année non plus. Elle se perd. Elle a besoin de se recentrer et de repenser toute sa stratégie marketing. L’idée est de retrouver le goût de créer et d’identifier la cible qui apprécie ses œuvres. De là, il faudra revoir sa communication digitale, son site, ses pages et groupes de réseaux sociaux mais aussi de trouver des réseaux de vente comme les boutiques, éphémères ou non, les salons,…

Séparer sa vie de famille et son activité

Quoi qu’il en soit, quand on se lance dans un projet, il faut s’assurer du soutien de son entourage. Si un des membres de la famille ne s’investit pas dans le projet alors il faut en tenir compte. Il s’agit de trouver une solution pour maintenir une distance entre la vie de famille et l’activité dans laquelle on se lance.

On arrive toujours à la conclusion que la démarche entrepreneuriale est aussi bien une question administrative, que stratégique ou encore une question de force mentale. C’est souvent cette dernière partie qui est la plus difficile. C’est pourquoi personnellement, je pense qu’une bonne stratégie marketing et un bon suivi peuvent aider à suivre une ligne conductrice sur plusieurs mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires