Quel hébergeur choisir ?

Quel hébergeur choisir ?

Quel hébergeur choisir ?

Quand on est un jeune créateur qui se lance sur le web, on recherche parfois les solutions les moins chères. On utilise un CMS pour essayer de faire le site soi-même mais très vite, vous vous apercevez que tout n’est pas gratuit. Le nom de domaine, le certificat SSL (le fameux petit cadenas vert) et l’hébergement sont payants. Ah si ! Il existe des hébergeurs gratuits. Lequel choisir ?

Mon expérience avec un hébergeur gratuit

Je vous raconte un brin de mon histoire personnelle. Il y a 2 ans, j’ai décidé de relancer le site internet des parents élus de l’école du quartier. Il existait déjà mais avait été piraté, puis repris par un autre parent qui ne souhaitait plus s’en occuper. Les parents élus et l’école ne souhaitant pas payer l’hébergement, la contrainte était de trouver un hébergeur gratuit. Le site était déjà chez Free. J’ai fait quelques recherches et Free était un des meilleurs hébergeurs gratuits du moment (ce qui semble toujours le cas). L’ancien site étant en ligne, j’ai d’abord créé le nouveau site sur mon ordinateur. Puis quand il a ressemblé à ce que je voulais et qu’il possédait les fonctionnalités nécessaires (notamment une partie privée), j’ai voulu le transférer.

Je me suis heurtée à une multitude de bug et de conflits entre Free, le CMS et les extensions. Bien entendu, je n’avais pas accès à l’assistance. J’ai perdu beaucoup de temps sur les forums et à bidouiller le code. Parfois, je n’ai même pas réussi à faire fonctionner certaines extensions pourtant annoncées comme compatibles. J’ai retiré des fonctionnalités, j’ai fait des compromis sur le design et sur d’autres domaines (pas sur la sécurité). Le site est toujours en ligne mais il n’est pas sécurisé (petit cadenas vert) et me paraît bien fragile.

Alors quel hébergeur payant choisir ?

Ça a été mon unique expérience avec un hébergeur gratuit. J’ai recours depuis plusieurs années à un hébergeur payant. Je me sens en confiance pour créer et gérer mes sites sans avoir à me soucier des incompatibilités et autres conflits. J’en ai également tiré une leçon : je ne travaille quasiment plus en local mais directement chez mon hébergeur. De cette façon, j’identifie tout de suite les comportements de mes manipulations.

Pour ma part, je suis chez IONOS depuis plusieurs années et je n’ai pas à m’en plaindre. Les critères que je privilégie sont :

  • la qualité du support technique : il est important de pouvoir joindre rapidement l’assistance et d’avoir des réponses personnalisées,
  • la localisation des serveurs : certains de mes clients préfèrent que leurs données ne partent pas aux Etats-Unis. Je choisis un hébergeur dont les serveurs sont en France ou en Europe,
  • la vitesse de connexion : ce paramètre influe sur le référencement naturel du site,
  • la possibilité de faire des sauvegardes et de les réinstaller rapidement.

Il y a bien entendu d’autres critères comme la possibilité d’avoir plusieurs noms de domaines, des adresses mails, la possibilité de changer de type d’hébergement lorsque le trafic du site augmente, la version du PHP, l’ergonomie du tableau de bord,…

Je n’ai pas d’idée arrêtée sur un hébergeur en particulier. IONOS me satisfait pour l’instant. Il propose régulièrement des offres comme les autres hébergeurs d’ailleurs. Je les compare régulièrement pour mes clients mais mon expérience me ramène toujours vers eux. O2SWITCH prend des parts de marché en ce moment, entre autre parce qu’il est français et qu’il est compatible avec CPanel. Infomaniak est en Suisse et se fait connaître aussi par la qualité de ses services. Alors j’essayerai peut-être bientôt et je vous en reparlerai !

WordPress : .org ou .com

WordPress : .org ou .com

Wordpress.org ou .com

WordPress est un logiciel open source et gratuit. Il peut être téléchargé sur le site wordpress.org ou accessible sur fr.wordpress.com. Lequel choisir ? Quelles sont les différences entre les deux ? Voici un petit comparatif.

Quid des tarifs ?

Sur wordpress.org

Nous venons de dire que WP est gratuit. Il est effectivement disponible gratuitement sur wordpress.org. Cependant, pour mettre le site en ligne, il vous faudra prévoir des coûts annexes :

  • un nom de domaine : environ 12 euros TTC par an
  • un hébergement : environ 45 euros TTC par an pour un serveur mutualisé
  • un certificat SSL (le petit cadenas vert) : environ 35 euros TTC par an  pour les certificats de base

Souvent, les hébergeurs proposent des packs et des offres réduisant la facture annuelle au moins la première année.

Sur fr.wordpress.com

Il est également disponible gratuitement sur fr.wordpress.com. L’hébergement est compris. Mais comme rien n’est jamais vraiment gratuit, des publicités pourront être diffusées sur votre site sans que vous ayez le moindre contrôle sur celles-ci. De plus, le nom de domaine se composera comme suit : monsite.worldpress.com.

Cependant, sur wordpress.com, la société Automattic propose 4 plans payants en plus de son plan gratuit. Les prix varient de 5 à 45 euros par mois selon la formule choisie ou les besoins.

Les fonctionnalités

Avec l’outil téléchargé sur wordpress.org, vous avez accès à des milliers de thèmes payants ou gratuits, des milliers d’extensions également payantes ou gratuites et une communauté importante. Les possibilités sont quasiment infinies. En tout cas, le choix est suffisamment important pour y trouver son bonheur.

WordPress.com est moins flexible du moins dans ses 3 premiers plans. Le plan gratuit donne accès à quelques dizaines de thèmes gratuits et quelques extensions basiques.

Le plan personnel à 5 euros par mois permet, en plus, la personnalisation du nom de domaine (offert la première année) et la suppression des publicités. Il vous donne accès à une assistance directe, à un espace de stockage de 6 Go et à la personnalisation des couleurs et de l’arrière plan et au contrôle des feuilles de styles (CSS) de votre site.

Le plan premium à 8 euros par mois donne accès à un espace de stockage de 13 Go et à un choix illimité de thèmes premium et aux outils de rentabilisation du site. Il permet aussi de planifier les publications sur les réseaux sociaux.

Enfin, le plan business à 25 euros par mois vous donne accès à 200 Go d’espace de stockage, à des outils marketing et permet d’installer les extensions de votre choix, des thèmes créés par des auteurs tiers et de ne plus afficher wordpress.com dans le pied de page. Vous aurez en plus une aide personnalisée.

Enfin, la version e-commerce à 45 euros par mois, vous permet en plus de tout ça d’accéder à des fonctionnalités avancées pour le e-commerce.

La sécurité et la maintenance

Comme vous l’avez compris, l’outil téléchargé sur wordpress.org offre une grande flexibilité et par conséquent, une grande autonomie. Ainsi, vous vous chargez de l’hébergement, du nom de domaine et du certificat mais aussi de la sécurité du site, des mises à jour, des sauvegardes,…

Avec les formules de fr.wordpress.com, tout est prévu. Vous n’avez qu’à vous préoccuper du contenu.

Ces outils répondent à des besoins différents. Leur utilisation n’est pas la même. Dans le cas de fr.wordpress.com, il s’agit de personnaliser les paramètres de base et de créer du contenu. Cette formule répond aux besoins des utilisateurs de Wix, par exemple en proposant une solution clé en main.

Avec l’outil auto-hébergé de wordpress.org, la personnalisation est beaucoup moins restrictive. De plus, l’outil étant open source, une communauté importante de développeurs propose des thèmes et des extensions gratuites ou payantes. L’assistance se fait aussi grâce à la communauté.

Créer son site internet sur WordPress

Créer son site internet sur WordPress

Vous avez décidé de vous lancer dans la création de premier votre blog ou de votre premier site internet. Vous avez opté pour un CMS et plus précisément WordPress. Mais maintenant il faut l’installer. Dans la théorie, il suffit de :

  1. Télécharger WordPress,
  2. Créer la base de données,
  3. Installer WordPress,
  4. Paramétrer WordPress.

Attention : Suite à des mises en garde, nous avons décidé de maintenir la publication de notre article. Toutefois, nous précisons que notre objectif, ici est de décrire le déroulé de la méthode manuelle et historique d’installation de wordpress, pour vous permettre de créer rapidement votre blog ou votre site.

Téléchargez WordPress

J’imagine qu’il vous vient d’abord à l’idée de télécharger WordPress. Vous saisissez donc « Wordpress » sur votre navigateur, et la première réponse qui apparaît est wordpress.com. En seconde position, on trouve wordpress.org. Sur wordpress.org, vous téléchargez un logiciel open source et gratuit. C’est ce même logiciel que vous utiliserez si vous optez pour wordpress.com. Sur ce dernier site, vous trouverez un outil freemium, c’est –à-dire qu’il a une version gratuite qui offre peu, voire pas du tout de flexibilité et une version payante. Mais il fera l’objet d’un autre article. Aujourd’hui, nous nous intéresserons à wordpress.org. Il est gratuit et totalement flexible.

Vous vous rendez sur fr.wordpress.org et téléchargez la dernière version du CMS. Ça peut sembler logique mais c’est important pour des questions de sécurité du site. Puis, vous dézippez le fichier sur votre disque dur.

La base de données

Vous aurez aussi besoin d’une base de données. La base de données se situe chez votre hébergeur. Ça suppose donc que vous avez déjà choisi un hébergeur et que vous avez souscrit à une offre ou un abonnement. Quoi qu’il en soit, l’idée est de se rendre dans l’onglet « hébergement » ou « base de données » de IONOS, OVH, O2SWITCH et autre GANDI et d’en créer une.

En général, on vous demande un nom et un mot de passe. Chez IONOS, on vous propose aussi de choisir votre version de MySQL.

Après validation, votre hébergeur affiche des paramètres. Vous en aurez besoin plus tard. Vous pouvez en faire une copie écran ou les trouver plus tard dans l’onglet de votre base de données.

Installez WordPress chez l’hébergeur

Maintenant il faut transférer le contenu du dossier WordPress chez l’hébergeur. Dans l’onglet Espace Web de votre hébergeur, créez un fichier et donnez-lui un nom. Nous utiliserons un serveur FTP, comme FileZilla pour transférer les dossiers de l’ordinateur vers l’hébergeur. Pour ce faire, téléchargez-le et installez-le sur l’ordinateur. Ensuite cliquez sur Fichier/Gestionnaire de Sites… /Nouveau site et complétez la partie de droite comme suit.

Dans le protocole, sélectionnez SFTP – SSH File Transfer Protocol puis complétez les champs avec les données que vous trouverez également chez votre hébergeur mais sous un onglet nommé SFTP & SSH puis connexion.

Dans la partie gauche de la nouvelle fenêtre, on aperçoit les fichiers présents sur l’ordinateur. Dans la partie de droite, nous sommes chez l’hébergeur. Le haut est la partie où on voit l’arborescence des fichiers. Dans la partie du bas, vous aurez accès aux fichiers. C’est aussi dans la partie du bas que nous glisserons et déposerons les dossiers de l’ordinateur vers l’hébergeur. Il s’agit donc de retrouver le dossier dézippé de WordPress, de sélectionner tous les fichiers et de les glisser dans le dossier de l’hébergeur. Ça peut prendre quelques minutes.

Paramétrez WordPress

Il manque une dernière étape pour accéder au tableau de bord de WordPress. Nous n’avons pas parlé du nom de domaine. En général, vous l’avez acheté en même temps que votre abonnement chez IONOS, OVH ou autre. Il se présente sous forme de monsite.fr ou monsite.com. Retournons donc chez l’hébergeur. Dans l’onglet Domaine de votre hébergeur, vous prendrez soin de « Modifier le type d’utilisation » de votre domaine. Il s’agit d’indiquer à l’hébergeur l’utilisation de l’espace web loué. Dans notre cas, il sera utilisé comme un espace web.

Vous pouvez maintenant accéder à votre site en saisissant son URL (monsite.fr ou monsite.com) dans votre navigateur. WordPress vous propose alors de l’installer. C’est ici que vous aurez besoin des paramètres de la base de données. Ensuite vous vous laissez guider. Pour vous connecter à votre tableau de bord par la suite, l’URL est monsite.fr/wp-admin.

Vous avez réussi l’installation de WordPress. C’est un peu technique mais c’est simple à partir du moment où on a toutes les informations à disposition. Ensuite, il vous reste à choisir un thème et concevoir votre site. Il est en ligne. Félicitations !

Un CMS pour créer son site internet

Un CMS pour créer son site internet

Un site internet est codé en langages informatiques. Le HTML et le CSS permettent de créer des sites simples, sans fonctionnalités. Mais, si on veut, par exemple un formulaire de contact alors il faut du php, du javascript et autres. C’est un métier ou de la passion.

Qu’est-ce qu’un CMS ?

Les CMS ou Content Management System sont des systèmes de gestion de contenu. Ce sont des applications qui gèrent le code. Il en existe de plus en plus. Les plus connus sont WordPress, Joomla et Drupal. Mais d’autres comme Wix et Jimdo prennent leurs parts de marché.

Ils se composent d’un front-end et d’un back-end. Le front-end est la partie sur laquelle navigue votre visiteur. Le back-end correspond au tableau de bord et à tout ce qui permet de paramétrer le site.

De ce fait, les CMS ont l’avantage d’être faciles à prendre en main et de limiter le budget.

Un CMS pour créer son site internet

Pour quels types de sites ?

Chaque CMS s’est spécialisé. Cependant, chacun permet de faire tout type de sites. WordPress, par exemple qui reste le plus répandu est plutôt destiné aux blogs. Pourtant, d’après le site Blog du Modérateur, 60,1% des sites de la toile utilisant un CMS sont faits avec Wordpress. Joomla créera plus facilement un site multilingue. Drupal s’adresse aux développeurs créant des sites plus conséquents mais ils tous capables de faire n’importe quel site. Le choix dépendra de votre affinité avec le CMS, Wordpress ayant la réputation d’être le plus intuitif.

Comment démarrer le site

La procédure est toujours la même, en tout cas pour les CMS les plus connus. Il suffit de se rendre sur le site officiel du CMS et de télécharger la dernière version du logiciel. Ensuite, on l’installe directement chez son hébergeur ou sur son ordinateur. Le démarrage est assez simple et après quelques clics, on a vite la satisfaction de voir la première page de son site.

Ensuite, il suffit de se connecter à son site pour commencer à le personnaliser et y insérer le contenu.

Les contraintes techniques

Outre la prise en main de l’application, il y a quelques manipulations un peu techniques à faire. Il s’agit de créer une base de données et de la relier au CMS.

La base de données regroupe, sous un format informatique, le contenu de votre site. Elle se trouve chez un hébergeur. Théoriquement, ce n’est pas compliqué. La procédure consiste à se connecter à son hébergeur et de créer une base de données, vide. Votre hébergeur vous communique, alors les paramètres à saisir lors de l’installation du CMS.

Chaque CMS se vaut. Nous travaillons plus volontiers avec WordPress. La raison est simple. Nous avons recueilli le ressenti de nos clients et il apparaît que WordPress leur paraît le plus intuitif et le plus facile à prendre en main. Nous vous parlerons, donc prochainement de WordPress.

Un site internet pour être visible ?

Un site internet pour être visible ?

La création d’un site internet est souvent vécue comme une étape de la vie du projet. Certains créateurs vont y penser comme une formalité de la mise en place du statut de professionnel, d’autres quand tout est en place et qu’il « ne reste plus qu’à » vendre. La création d’un site internet est souvent vécue comme une obligation et fait peur. Alors comment préparer ce projet ?

Un site internet pour être visible

Pourquoi créer un site web ?

Les raisons de vouloir créer un site internet sont variées. Aussi, avant de se lancer, il faut penser à l’objectif que le site doit atteindre. Est-ce qu’il sera une carte de visite virtuelle ? Proposera-t-il des produits et services à la vente ? Est-ce qu’il sera un moyen de communiquer des événements ou des actualités ? Autant de réponses qui permettront de définir la structure du site.

Pour un site vitrine, il peut n’avoir qu’une page, en tout cas un nombre limité. Pour une boutique, il aura un catalogue et un module de paiement. Pour communiquer, il peut avoir ou être un blog.

Le blog se différencie du site en ce qu’il est composé d’articles, d’actualités, d’informations. Il implique une fréquence de publication régulière. Le site, quant à lui, est statique. Il présente une entité, une structure et n’est pas amené à être mis à jour souvent.

Ainsi défini, le blog a pour principal objectif de démontrer l’expertise de l’auteur et donc de bâtir sa notoriété.

Créer son site ou en confier la conception à un professionnel ?

Il est tout à fait possible de faire son site soi-même. Il existe des logiciels comme WordPress, Joomla, Drupal, Wix et bien d’autres qui évitent d’avoir à coder un site.

Ils sont plus ou moins faciles à utiliser. Pour certains, il n’est même pas nécessaire d’être à l’aise avec l’informatique. Il suffit d’avoir un peu de temps pour s’approprier le logiciel.

Cependant, il faut garder à l’esprit qu’un site doit répondre à certaines règles légales ou fixées par Google. De ce fait, se faire aider par un professionnel, c’est avoir la certitude de répondre à ces obligations ou préconisations. De plus, il vous fera gagner du temps et de l’énergie. Il s’agit ici de penser en chef d’entreprise et de calculer le retour sur investissement.

Du temps pour créer mais aussi pour gérer le site

Un site statique a peu de chances de se positionner en première page de Google. Il doit vivre et générer du trafic. En effet, Google a pour objectif de satisfaire ses clients, les internautes. Aussi, il leur propose des contenus correspondants à leurs requêtes, de préférence récents.

Le site, pour attirer Google et donc les utilisateurs d’internet doit être vivant. L’idée est de poster régulièrement des articles ou des actualités sur le site. Habituellement, ça se fait dans un onglet « blog » ou « actualités » du menu principal ou dans la page d’accueil.

L’alimentation du blog prendra du temps. Il faut en tenir compte. La rédaction d’articles est un vaste sujet dont nous reparlerons. Sachez déjà que la publication doit être régulière, les textes doivent être structurés et comporter des mots-clés par exemple. Mais surtout, l’article doit apporter des informations utiles et s’adresser aux lecteurs.

Faire connaître son site

Souvent, les gens pensent qu’une fois le site en ligne, ils vont avoir du trafic sur le site. Ce n’est pas si simple. On recense environ 1,5 milliards de sites en 2019. Il faut donc, comme vu précédemment se démarquer et faire vivre son site. Son adresse doit figurer sur tous vos outils de communication.

Les réseaux sociaux et les forums sont également un moyen de faire la promotion d’un site. Cependant, tous les groupes n’acceptent pas la publicité sur leur page. Il convient d’être vigilant et de respecter les règles de chaque groupe afin de ne pas être exclu et de communiquer à bon escient.

Maintenant, si ce n’est pas encore fait, je vous invite à réfléchir à votre projet et à le partager éventuellement avec nous.