L’essentiel du RGPD

L’essentiel du RGPD

L’essentiel du RGPD

Le RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données est une loi du 25 mai 2018 ayant pour objectif la protection des données des personnes physiques. Il s’applique à tous les organismes publics et privés collectant des données quelles qu’elles soient sur une personne et permettant de l’identifier. Ainsi, le RGPD  concerne tout site qui propose à ses internautes d’utiliser un formulaire de contact ou de commenter des articles.

Les données concernées par le RGPD

Les données sont des informations sur des personnes physiques. Elles permettent de les identifier directement ou indirectement ou encore par croisement des informations. Dans ce dernier cas, deux fichiers différents contenant des données différentes ne permettent pas d’identifier les personnes. Mais le croisement des fichiers permet une identification directe ou indirecte.

Les données dites sensibles (les convictions religieuses ou les opinions politiques par exemple) seront demandées lorsqu’elles sont strictement nécessaires. De plus, la personne concernée doit donner son accord express pour leur traitement. Il existe une liste exhaustive des données sensibles.

Le traitement des données

La collecte et la consultation des données sont des « traitements » au titre du RGPD. Le traitement est également encadré par le RGPD. La collecte des données répond à une finalité précise et définie. Par exemple, l’adresse mail collectée dans le formulaire de contact sert uniquement pour répondre au message. L’abonnement à la newsletter fera l’objet d’un nouveau consentement express de l’internaute pour la même adresse mail.

Ainsi, le principe est de supprimer les données dès que leur finalité est atteinte, éventuellement de les anonymiser. Certaines données peuvent être archivées. Il s’agit notamment de l’obligation légale de conservation des données. Par exemple, c’est le numéro de carte bleue suite à un achat sur internet pour le cas d’une contestation de la transaction.

La sécurité des données dans le cadre du RGPD

Lorsque des données personnelles sont confiées à un organisme privé ou public, elles doivent être protégées. Différentes mesures existent en fonction de la nature des données, de leur traitement et du nombre de personnes y ayant accès.

Les mesures basiques sont les mots de passe pour les ordinateurs et les fichiers, les antivirus, le chiffrement des données, les sauvegardes,… Pour les données plus sensibles ou les organismes de taille plus importante, on trouvera les restrictions d’accès aux données, la sensibilisation du personnel,…

Transparence et droits des personnes concernées

Lors de la collecte des données, l’organisme informe les personnes de la finalité du traitement de ces données. Il les avertit également de la possibilité de la portabilité des données vers d’autres organismes (partenaires commerciaux, organismes d’État,…).

En outre, les personnes concernées auront un droit d’accès, un droit de rectification, un droit d’opposition et un droit à l’oubli de ces données. Pour ce faire, les coordonnées du responsable du traitement doivent être clairement mentionnées (politique de confidentialité pour un site internet). Les internautes auront la possibilité de contacter directement et facilement le responsable pour faire valoir ses droits.

Je vous ai proposé un aperçu très succinct des définitions et des obligations en matière de RGPD. Dans l’immédiat, ce qu’il faut retenir, c’est de ne collecter que les données strictement nécessaires et de les utiliser uniquement pour servir la finalité définie. Je vous proposerai dans un prochain article des astuces appliquer le RGPD à votre site internet.

Se lancer dans l’entreprenariat : est-ce le bon moment ?

Se lancer dans l’entreprenariat : est-ce le bon moment ?

Se lancer dans l’entreprenariat fait souvent peur. Pourtant, après la période chaotique que nous venons de vivre, certains se posent la question. Bien sûr, les indépendants ont souvent été très touchés, et certains ne s’en relèveront pas. Mais certains salariés se sont retrouvés sans emploi ou se retrouveront sans emploi dans les prochains mois. La gestion de l’économie est une affaire de longue haleine et les résultats se verront dans deux ou trois ans.

Alors la question se pose peut-être pour vous, vous qui avez une passion et qui aimeriez en vivre. Vous avez l’envie, peut-être même la motivation, vous avez un savoir-faire, une touche personnelle et beaucoup d’autres choses pour faire rêver vos futurs clients. Aussi, quand vous lancerez-vous dans l’entreprenariat ? Répondez à notre quiz pour savoir où vous en êtes.

Se lancer dans l'entreprenariat
Trouver un nouveau rythme

Trouver un nouveau rythme

Trouver un nouveau rythme

Aujourd’hui je sors de ma ligne éditoriale pour vous parler de ma problématique personnelle : une nouvelle organisation post-confinement et pré-déconfinement total. Ou comment travailler et continuer l’école à la maison quand on est indépendant.

Le rythme du confinement

Mi-mars, nous avons dû nous arrêter de travailler ou trouver de nouveaux moyens de vendre nos services ou nos produits. La période était particulière et le temps passant, les gens ont eu besoin de commander, de consommer tout en restant confinés. La consommation était différente et les acheteurs comme les vendeurs ont modifié leurs habitudes. Mais nous étions tous enfermés et soumis aux mêmes interdictions et obligations. Pour une grande majorité d’entre nous, nous devions gérer notre travail et faire encore plus d’effort pour maintenir un minimum d’activité ou, du moins faire du réseautage et gérer les enfants et l’école à distance.

Mi-mai, le déconfinement commence mais les écoles restent fermées, en tout cas dans de nombreuses villes en zone rouge. Les salariés ont encore le droit au télétravail, leur charge de travail augmente parfois et les indépendants doivent de nouveau produire, mais différemment tout en gérant les enfants et l’école. Il faut trouver une nouvelle organisation.

Le rythme du déconfinement

Pour la majorité des écoles de zone orange, les écoles ne sont pas ouvertes à tous les enfants. Les protocoles les ont obligés à mettre en place des priorités sur la base de la profession des parents et des difficultés des enfants eux-mêmes. Les autres gardent donc leurs enfants à la maison et continuent de gérer les devoirs et les leçons.

La situation va durer tout l’été. Au moins jusqu’en septembre. Les aides ne vont pas continuer jusque-là. Les indépendants qui ont pour clientèle les particuliers vont reprendre leur activité plus ou moins rapidement. Ceux qui travaillent avec des entreprises vont avoir plus de difficultés en fonction des services et produits qu’ils produisent. C’est dans l’ordre des choses. Les entreprises ont subi des pertes, et les chefs d’entreprises vont faire des choix pour les redresser. Où vont aller leurs priorités ? Peut-être pas dans vos produits ou services, dans l’immédiat.

Et nous devons repenser nos offres et nos méthodes de vente tout en continuant à gérer les enfants, les leçons et les devoirs. La cadence sera encore plus fastidieuse jusqu’à ce que l’école s’arrête. Et la fatigue s’est installée avec ces différents rythmes.

Le post-déconfinement

En septembre, tout devrait rentrer dans l’ordre. Mais quelque chose aura changé. Une nouvelle façon de travailler, des valeurs retrouvées, des priorités rétablies et certainement une meilleure qualité de vie. Le rythme sera certainement plus élevé mais il sera plus supportable quand nous aurons réussi à changer nos habitudes une bonne fois pour toutes. Alors gardons espoir et ne baissons pas les bras.

Je vous souhaite bon courage et plein de bonnes choses !

Fréquence de publication sur un blog en 2020

Fréquence de publication sur un blog en 2020

La fréquence de publication sur un blog revient assez souvent. Sur internet, on lit qu’il faut publier 2 ou 3 fois par semaine, voire tous les jours et dans l’idéal plusieurs fois par jour. Encore faut-il tenir le rythme ! Nous vous proposons donc de faire un tour des classiques et des tendances de cette année.

Fréquence de publication en fonction de votre thème

Certains thèmes se prêtent à une fréquence plus soutenue que d’autres. Par exemple, un blog d’actualités publiera plus fréquemment qu’un blog de profession libérale.

Ainsi, il vous faut étudier votre cible et définir à quel rythme elle veut vous lire. Pour ce faire, faites des tests : par exemple, proposer plusieurs périodicités lors de l’abonnement à votre newsletter. Vous verrez si vos lecteurs veulent de vos nouvelles chaque jour, chaque semaine, chaque mois,…

Durée de vie du contenu

La fréquence de publication dépend également de la durée de vie du contenu publié. Un article traitant du menu de Noël sera valable en décembre. Il devra être remplacé dès la fin décembre ou début janvier, car, un internaute qui visite votre site en février trouvera que le blog n’est pas à jour et ne reviendra peut-être pas.

Si vous proposez une périodicité de newsletter pour tester la fréquence de publication, il est évident que l’article ayant une durée de vie plus courte sera envoyée aux abonnés ayant souscrit à un rythme plus soutenu.

Fréquence de publication et SEO

Les règles du SEO sont dictées par Google sur son moteur de recherche. Google exige de la qualité. Il réclame donc du contenu « intéressant et utile ». L’usage et les différentes études ont démontré que la régularité et la fraicheur font partie de l’algorithme du moteur de recherche. Il s’agit donc de rédiger des articles apportant de l’information nouvelle et pertinente à une fréquence très régulière.

Google demande également de « fournir une quantité de contenu appropriée » pour chaque page. D’ailleurs, en 2019, les sites affichés en première position de la page des résultats comportaient plus de 2 000 mots. En 2020, il semble que les articles en première position dépassent les 3 000 mots. Cependant, sur un smartphone, il convient de privilégier les articles de moins de 1 000 mots. Appliquer toutes ces règles demande un travail phénoménal. Aussi, ce que tout le monde s’accorde à dire c’est qu’il faut être ponctuel au rendez-vous avec ses lecteurs. Privilégiez la régularité, quitte à espacer la fréquence de façon à proposer un contenu de qualité. Le calendrier éditorial permettra aidera à s’organiser un peu.

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog

Choisir une police pour son blog peut vite devenir compliqué devant le choix. Pourtant visuellement, la police de caractères oriente le design du site. Une police classique donnera un ton plus sérieux mais une police manuscrite invitera à l’intimité. Tout est affaire de cible et de lisibilité.

Attention, j’utiliserai le terme police bien que je parle parfois de fonte.

Choisir une police adaptée à la cible

Au même titre qu’on n’utilise pas le même ton pour s’adresser aux visiteurs d’un site de musique qu’aux visiteurs d’un site sur la Bourse, on n’utilise pas la même police de caractères. En général, on distingue 5 styles de polices :

Les serif ou empattements

Ce sont les polices avec des petites barres aux extrémités des caractères. Elles facilitaient la lecture en créant visuellement un trait horizontal à la base de la ligne. C’est vrai sur les supports papier, c’est moins évident sur les écrans en raison de la longueur de la ligne. Du fait de leur ancienneté, ces polices reflètent aujourd’hui la tradition.

Les sans-serif

Ce sont les polices sans les empattements. Elles sont plus modernes et plus claires. Elles s’adaptent plus facilement à la lecture sur petits écrans puisque plus épurées.

Les scriptes ou cursives

Elles sont plus arrondies et possèdent des boucles. Elles sont de ce fait moins lisibles. Elles conviennent pour les titres des sites à l’élégance féminine, par exemple.

Les manuscrites

Ces polices s’inspirent de l’écriture manuscrite. Elles évoquent la familiarité et conviennent aux titres des blogs plus personnels.

Les originales

Ce sont toutes les autres. Elles possèdent un fort caractère et génèrent une ambiance qui leur est propre. Souvent difficiles à déchiffrer, il convient de les utiliser par petite touche.

Privilégier la lisibilité

Maintenant, vous avez une idée des polices à afficher sur votre blog. Cependant, il reste encore quelques paramètres pour favoriser la lisibilité.

La taille

La taille des caractères varie légèrement d’une police à l’autre. L’Arial 12px est plus grande que la Times New Roman 12px par exemple. La Raleway est plus grande que la Calibri.

L’interligne

L’interligne ou l’espace entre 2 lignes s’adaptera en fonction de la largeur du bloc texte. Plus le bloc est large, plus l’interligne sera grand afin de favoriser la fluidité de lecture.

La longueur des lignes

Les lignes trop longues sur un écran large perdent le lecteur en cours de route. Les lignes trop courtes impriment un mouvement trop rapide aux yeux.

La justification

Sur un écran, la justification des lignes n’est pas bien gérée. Laisser les lignes en drapeau évite les espaces trop longs entre les mots et conserve l’harmonie de l’aspect visuel de la page.

Enfin, plusieurs sites proposent des polices gratuites ou payantes. De nos jours, les navigateurs affichent quasiment toutes les polices. Vous avez donc le choix en fonction des critères qui vous sont propres. Sachez aussi que les thèmes WordPress proposent souvent les polices Google Font. Elles sont nombreuses et ont l’avantage de se charger rapidement. C’est un bon point pour le référencement naturel de votre site.